Musique

PUBLIÉ LE 29.10.2015

« Des colonnes comme des rythmes »

Compositeur, pianiste et percussionniste d’Asie, Alain Kremski a un parcours particulièrement riche et singulier de par son expérience des différents domaines musicaux. Formé à la musique et encouragé par personnalités comme Igor Stravinski, Nadia Boulanger, Darius Milhaud ou Olivier Messiaen, il reçoit le Premier Grand Prix de Rome à 22 ans, ce qui lui permet de séjourner trois ans à la Villa Médicis où il se lie d’amitié avec le peintre Balthus. Délaissant les chemins d’une carrière toute tracée pour explorer l’univers mystique des sons des cloches de temples, gongs et bols bouddhiques, il se fascine pour les musiques d’Asie comme l’avait été Debussy par les orchestres et percussions de Java. Les œuvres qu’il crée pour bols bouddhiques puisent autant leur inspiration dans les musiques de l’Inde, de Bali ou du Japon, que dans les chants grégoriens anciens ou les musiques du Moyen-Age. Ses compositions ne cherchent pas à évoquer les musiques sacrées d’Extrême-Orient qui obéissent à des lois strictes et accompagnent les rituels , mais s’inscrivent dans les courants de la musique contemporaine, dans la perspective d’une rencontre Orient-Occident.

Avec ses musiques, Alain Kremski espère rendre hommage, modestement, à sa manière, à la civilisation tibétaine qui contient et véhicule des trésors d’une haute spiritualité qu’il est précieux pour l’Occident de sauver et de préserver.

En concert le 4 novembre dans la nef du Collège des Bernardins, avec Marie-Christine Barrault (récitante), et Catherine Braslavsky (chant et dulcimer).
Infos et réservations